Galerie Jeannine Blais

accueilsingler_caramellegloutonSituée au cœur du village de North Hatley, sur les rives du lac Massawippi, la Galerie Jeannine Blais a pour objectif de vous offrir des œuvres d’art d’une grande qualité. Artistes peintres et sculpteurs d’ici et d’ailleurs.

Animer une galerie d’art dans le décor enchanteur de North Hatley, c’est plus qu’un métier, plus qu’une profession, disons-le simplement, c’est vivre intensément une passion.

Cette galerie mérite qu’on s’y arrête, ne serait-ce que pour découvrir différents styles artistiques —surtout l’art naïf qu’elle présente sous toutes ses facettes. Depuis plus de 31 ans, la galerie contribue à faire connaître cette forme artistique colorée et optimiste auprès de collectionneurs et d’amateurs d’art.

Voici une brève liste des artistes que nous représentons ou offrons à notre galerie.  Blanche Bolduc, Yvonne Bolduc, Danielle Corrivo, Marcel Dargis, Nérée De Grâce, Marie ClaudeDemers, Colette Falardeau, Louis Gagnons, Anouck Goulet, Claudine Hébert, Jenny Hellers, Normand Hudon, Solange Hubert, Geneviève Jost, Rajka Kupesic, Hélène Labrie, Steven Lamb, Sophie Lavigne Uberti, Royal Léger, Sharon Mark, Marc Martel, Dragan Mihailovic,Marie-Christine Payette, Claudine Pieters, Lise Poirier, Jacqueline Rivard, Alexandru Savu, Zeljko Seles, Nicole Taillon, Miyuki Tanobe, Arthur Villeneuve, Mihai Vintila et Danièla Zékina

 

Dans la section boutique de notre site web vous serez ravi de trouver les illustrations de tableaux et de sculptures d’artistes de renom, plusieurs livres, biographies ainsi qu’une grande variété de cartes sans texte (reproduction de nos tableaux). Nous éditons aussi un beau calendrier grand format d’art naïf de 13 mois tout en couleur.


Notre galerie d’art virtuelle vous donne un bref aperçu des artistes que nous représentons, une galerie riche en couleurs qui saura ravir les amateurs d’art.

Art naïf, art populaire, art autodidacte, peu importe le nom qu’on lui donne, l’art qui se pratique en marge d’une formation officielle rencontre la faveur d’un large public. Au-delà du coup de foudre bien connu des collectionneurs, l’intérêt pour ces œuvres, au même titre que pour celles de l’art officiel, peut s’évaluer à partir de bien des critères. Mais certaines qualités sont fondamentales, ce sont l’authenticité et la spontanéité.

Sans les ranger dans une école ou un mouvement, on peut classifier les artistes autodidactes sous quatre grands groupes : les contemporains qui nous parlent de leur vie et de leurs intérêts; les folkloriques qui s’intéressent à un passé révolu en rappelant des paysages, des faits ou des légendes appartenant à une tradition ancienne; les oniriques dont les œuvres puisées dans l’imaginaire sont le plus souvent esthétisantes et le grand groupe dit de « l’art brut » qui englobe l’art thérapeutique et celui par lequel s’expriment les personnes déficientes ou ayant des troubles importants de personnalité. Ces divisions ne sont évidemment pas étanches et sont en fait plus pertinentes pour appréhender les œuvres que les artistes eux-mêmes.

Les « contemporains » apportent une contribution particulièrement intéressante, car ils participent à un mouvement non structuré, mais émergeant qui, dans une société largement scolarisée et informée, accorde aux artistes autodidactes la possibilité d’exister en dehors d’un univers traditionnel. Dans les œuvres naïves, il faut maintenant s’attendre à voir des motoneiges, des VTT, des références à la littérature populaire et savante, des chantiers de construction et des fêtes populaires où l’on ne danse plus quadrille.

François Tremblay
Muséologue